4

4

vendredi 17 novembre 2017

773-FLORIAN SCHÖNERSTEDT & ROMAIN TRACHEL : "LES FEUILLES DE L'ARBRE QUI N'EXISTE PAS", 2017







Dans le cadre de "Movimenta", festival d'images animées, Florian Schönerstedt, plasticien niçois (né en 1982) et Romain Trachel, scientifique marseillais, Directeur de Recherches chez IRONOVA, présentent une installation multimédia au 109, Anciens Abattoirs de Nice.





L'installation, qui constitue un véritable environnement, est constituée de cinq vitrines et d'un mur d'images. La première vitrine (verticale et blanche) présente des cartes-mémoires enserrées dans des plaques de zinc dont celle du dessus est gravée, évoquant tout à la fois l'oeuvre de Marcel Duchamp, "A bruit secret" (1916), et un herbier contemporain.





Les quatre autres vitrines, noires, basses et horizontales, proches de cabinets de curiosités, voient dans l'obscurité une animation, sur des écrans plasma, faite du défilement de scans de différentes feuilles d'arbres collectées jour après jour par Florian Schönerstedt.










L'environnement où circule le visiteur se termine par un mur coloré, constitué d'une mosaïque de quarante animations de feuilles cette fois générées par ordinateur. Romain Trachel, après avoir utilisé l'ordinateur pour reconnaître la forme des feuilles collectées par Florian Schönerstedt, lui a en effet demandé d'en générer de nouvelles, les feuilles de l'arbre qui n'existe pas.










Au-delà des références à l'Histoire de l'Art et des relations entre l'art et la science, il y a un véritable émerveillement devant l'oeuvre et sa génèse qui part du végétal et aboutit au numérique, qui part de l'immobile et arrive à la vie des formes, qui part du quotidien et approche le sacré. Une oeuvre où la culture, l'intelligence et l'esthétique rivalisent...






POUR EN SAVOIR PLUS SUR FLORIAN SCHÖNERSTEDT














772-DE QUELQUES PHOTOGRAPHES NIÇOIS (1870-1880)-4




- TRAJAN Félix (?-?), Portrait, 1870,
inscriptions au recto, "FELIX TRAJAN -- NICE",
tirage albuminé de 8,4x5 cm sur carton de 10,4x6,3 cm, Collection personnelle.

- TRAJAN Félix (?-?), Portrait de A. Letertre et de sa future, 1870,
inscriptions au verso, "Armoiries doubles de Russie - FELIX TRAJAN - Photographe - de la Cour de Russie - 
Membre de l'Académie Nationale - RUE PASTORELLI - près la rue Saint-Etienne - Derrière la pension Milliet - Nice",
inscription manuscrite, " Témoignage d'amitiés à leur bon - ami Albin Rousseau - Nice le 13 avril 1870 - A. Letertre et sa future",
carton de 10,4x6,3 cm, Collection personnelle.



DANS CET ARTICLE, LES PHOTOGRAPHES :
TRAJAN, POULLAN, GUIGONI, NUMA BLANC, SCHIER, MONTEL,
 BLANC, BONNET, DELAHAYE, MAZZOCCA, ROUX, ZACHER



- Félix TRAJAN (?-?)Félix Trajan est absent de la rubrique professionnelle des annuaires niçois. Il est seulement signalé comme, "Trajan, propriétaire, rue Saint-Etienne", dans les annuaires de 1874 et de 1875.

Le verso des cartons-photos permet cependant d'en apprendre davantage. L'un d'eux est daté d'avril 1870 :  "Armoiries doubles de Russie - Félix Trajan - Photographe - de la Cour de Russie - Membre de l’Académie Nationale - Rue Pastorelli - près la rue St-Etienne -Derrière la Pension Milliet - Nice".

Un carton daté d'août 1872 affiche désormais à l'encre violette, un seul blason de Russie dominant l'adresse de Nice, "Rue Pastorelli", et une succursale à Antibes, "Rue Nationale".

Une nouvelle adresse niçoise, 3, rue Chauvain, apparaît sur des cartons qui n'affichent aucune référence à la Russie mais qui révèlent que le photographe a un ou plusieurs associés : "Photographie - Fx Trajan & Cie - Vues, cartes de visite, Groupes, Portraits de toute dimention (sic) jusqu’à la grandeur naturelle - mise en couleur à l’aquarelle, à la gouache, au pastel et à l’huile, à volonté couronnes et armoiries dans les compositions - 3 - Rue Chauvain ".

La date à laquelle il quitte Nice pour Antibes n'est pas connue (fin des années 1870 ?).

Enfin, sur des cartons plus tardifs (années 1890 ?), un tampon humide à l'encre violette indique que l'adresse d'Antibes a changé et confirme son activité de photographe dès l'année 1870 : "F. Trajan - Maison fondée en 1870 - 27 rue Vauban, 27 - Antibes". 

Il est cité à Antibes, dans la « Liste générale des principaux photographes » publiée par la Société de Photographie de Toulouse, de 1897 à 1905.



- TRAJAN Félix (?-?), Portrait de fillette, vers 1870-1872,
inscriptions au recto, "Félix Trajan -- Nice",
tirage albuminé de 8,9x5,2 cm sur carton de 10,4x6,3 cm, Collection personnelle.

- TRAJAN Félix (?-?), Portrait de fillette, vers 1870-1872,
inscriptions au verso, "Armoiries doubles de Russie - FELIX TRAJAN - Photographe - de la Cour de Russie - 
Membre de l'Académie Nationale - RUE PASTORELLI - près la rue Saint-Etienne - Derrière la pension Milliet - Nice", 
carton de 10,4x6,3 cm, Collection personnelle.



- P. POULLAN (?-?), POULAN ou POULLON P. Poullan, photographe-peintre, est signalé dans les annuaires niçois au 10, Jardin-Public, de 1871 à 1873 seulement. Il semble quitter Nice l'année suivante.

Les cartons-photos nous révèlent qu'il s'installe à Hyères ("Maison fondée en 1875"), Route Nationale (carton daté de février 1877) puis, Boulevard des Palmiers, à côté de l’Hôtel du Parc (années 1880 ; carton daté de février 1880), et enfin, Avenue de la Gare, en face le boulevard des Palmiers à Hyères les Palmiers (dès les années 1890 et jusqu'au début des années 1900) : "Encadrement Artistique - Spécialité d'Agrandissement". Il réalise à Hyères des photographies de paysages puis édite des cartes postales. 

Au recto de certains des cartons-photos de Hyères apparaît la mention "Photographe breveté" ou "Photographe diplômé", le verso précisant "Breveté de SM la Reine d'Angleterre" (de passage à Grasse en mars 1891 et à Hyères en mars 1892).

Certains cartons-photos indiquent qu'il possède une adresse, Maison Lambert Bonnafon, 12 avenue de Lorette à Grasse, sans qu'il soit possible de dire s'il s'agit d'une succursale ou d'une adresse antérieure aux autres.

Il est cité à Hyères, dans la « Liste générale des principaux photographes » publiée par la Société de Photographie de Toulouse, de 1889 à 1896.



- Eugène GUIGONI (?-?) ou GUIGONISCe photographe qui succède à Alberto Pacelli, au 5, rue Chauvain, en face du quai Saint-Jean-Baptiste, est présent dès l'annuaire niçois de 1872, avec une publicité conséquente : "Etablissement de premier ordre - Photographie A. Pacelli - E. Guigoni successeur - Portraits en tout genre et à domicile. Vues de Nice et reproduction de Tableaux anciens et modernes de tout format. Galerie historique. Célébrités photographiées. Grande collection de photographies artistiques. Photographies en couleur d’après nature. Sujets d’Enfants, Papillons, Oiseaux, Fleurs et Groupes de famille. Salon, Cabinet de Toilette, Terrasse de Pose. Leçons de photographie. Encadrements. Passe-partout. Ecrins. Médaillons de luxe".

On retrouve ensuite son nom, à la même adresse, dans les seuls annuaires niçois de 1873 et 1874.

Ses cartons-photos portent au dos les mêmes informations, "EG - Photographie A. Pacelli - E. Guigoni successeur - 5, rue Chauvain, 5 - Nice" mais il est cité dans la « Liste générale des principaux photographes » publiée par la Société de Photographie de Toulouse, de 1877 à 1885.

(Est-il ce Guigoni que l'on retrouve associé à Bossi à Milan, 13 Corso Vittorio Emanuele, dans les années 1880 et 1890 ?).



- NUMA BLANC (Prosper Blanc de Labarthe, 1816-1897) et NUMA BLANC FILS (André Blanc de Labarthe, 1849-1922)  


Le Journal de Nice du 21 novembre 1869 signale que Numa Blanc vient d'arriver à Nice et a réinstallé ses salons de photo, 11 Promenade des Anglais, preuve que le photographe n'en est pas à sa première saison d'hiver alors que son atelier est à Paris, depuis 1854 ("Numa Blanc & Cie - Photographes, - 29, boulevart des Italiens - Paris").

Les annuaires niçois signalent ensuite Numa Blanc (sans mentionner le fils) en 1872 au 9, promenade des Anglais puis de 1873 à 1879 au numéro 11, avec une deuxième entrée au 19, rue de France. 

Les cartons-photos du père comportent au revers ; "Médailles de Paris - Londres - Paris 1867 - Numa Blanc - Peintre-Photographe - Paris-Nice - Bade - Bains Stéphanie - Photographie instantanée - Pour - Groupes & Chevaux".

Les cartons-photos du fils portent également les mentions du  père : "Numa Blanc Fils - Peintre  Photographe - Paris ;  Nice ; Cannes - And - During the Summer Season - At - Scarborough ; Exposition Universelle Paris 1855 - Londres 1862 - Exposition Universelle Paris 1867 - Exposition Universelle Paris 1878 - Exposition Universelle Vienne 1873".

Les photographes semblent quitter Nice dans la période entre 1880 et 1883 (annuaires absents).

Numa Blanc Fils possède, comme le révèlent ses cartons-photos, un atelier à Cannes vers 1879 (Villa Numa Blanc) et des succursales à Monte-Carlo (de 1879 à 1895) et Menton, et officie l'été en Normandie à Trouville (années 1870), en Savoie à Aix-les-Bains (années 1880-1890), voire dans les Pyrénées à Pau et Bagnères-de-Luchon (vers 1900) : "Numa Blanc Fils - Peintre Photographe - Paris [49, rue Vivienne] - Nice - [Cannes] - Trouville - Photographie instantanée - Pour - Groupes & Chevaux" puis "Numa Blanc Fils - Peintre Photographe - Paris - Villa Numa Blanc - Cannes - Succcursales à Monte-Carlo & Menton - Pendant l'Eté à Aix-les-Bains - Avenue de Marlioz".

Numa Blanc (Fils) est cité dans la « Liste générale des principaux photographes » publiée par la Société de Photographie de Toulouse, de 1888 à 1905 à Cannes, en 1889 à Aix-les-Bains et en 1890 à Monaco, de 1898 à 1905 à Pau, de 1903 à 1905 à Menton.



- NUMA BLANC FILS (1849-1922), Portrait d'homme, vers 1880 (?),
inscriptions au recto, "PARIS ; NICE ; CANNES & SCARBOROUGH",
tirage albuminé de 9,5x5,4 cm, sur carton de 10,5x6,3 cm, Collection personnelle.

- NUMA BLANC FILS (1849-1922), Portrait d'homme, vers 1880 (?),
inscriptions au verso, "Armoiries du Prince de Galles - Numa Blanc Fils - PEINTRE PHOTOGRAPHE - PARIS ; NICE ; CANNES - And - During the summer season - At - SCARBOROUGH.",
 carton de 10,5x6,3 cm, Collection personnelle.


- NUMA BLANC FILS (1849-1922), Portrait de famille, vers 1885 (?),
inscriptions au recto, "NUMA BLANC FILS - Armoiries du Prince de Galles - CANNES & MONTE-CARLO",
 dos jaune nu, tirage albuminé de 13,4x9,9 cm, sur carton de 16,3x10,7 cm, Collection personnelle.




- Antoine SCHIER (?-?)Ce photographe est seulement signalé dans l'annuaire niçois de 1873, "rue Pastorelli ou Longchamp". 

Ses seuls cartons-photos mentionnant la ville de Nice citent également Alexandrie : " Turban turc - Schier - Photographe de la Cour - Alexandrie - en - Egypte - et à Nice". Il semble en effet avoir fait la plus grande partie de sa carrière à Alexandrie, associé au photographe autrichien Otto Schoefft,  dès les années 1860.

Un carton plus tardif précise : "Armoiries turques - Photographes -de - S.A. le Prince Héréditaire - Le Muchir Méhémet - Tewfik Pacha - [Schier & Schoefft - à - Alexandrie - Décorés - avec - la Croix du Mérite Couronnée -par - SA. Maj. l'Empereur - d'Autriche]" (Tewfik ou Tawfiq Pacha fut khédive d'Egypte de 1879 à 1892).



- Aristide MONTEL (?-?) Le photographe est signalé au quartier du Port de Nice dans les annuaires niçois de 1873 à 1877 au 8, rue Cassini, et sa maison au 20, rue de l'Escarène ; dès 1879, à l'Angle des rues Scaliero et Escarène ; dès 1884 (annuaires de 1880 à 1883 absents) au n° 12 rue Scaliero et de 1890 au début des années 1900, au n° 10.

Les cartons-photos portent les mêmes adresses mais précisent pour l'Angle des rues Escarène et Scaliero, "Maison Montel".

Il est cité dans la « Liste générale des principaux photographes » publiée par la Société de Photographie de Toulouse, de 1877 à 1905. Il est cité dans l'Aide-Mémoire de 1892-1894 (pp 113-114), comme constructeur d'une "boîte métallique à rainures pour recevoir les glaces photographiques".

(Le scientifique Paul Montel (1876-1975) est le fils d'Aristide Montel et de son épouse Anaïs Magiolo).



- MONTEL Aristide (?-?), Portrait d'homme, vers 1873-1877 (?),
inscriptions au recto, "A. MONTEL",
tirage albuminé de 9,1x5,3 cm, sur carton de 10,5x6,2 cm, Collection personnelle.

- MONTEL Aristide (?-?), Portrait d'homme, vers 1873-1877 (?),
inscriptions au verso, "Amour de la Peinture et la Photographie - A. MONTEL - PHOTOGRAPHE - 8, rue Cassini, 8 - NICE",
carton de 10,5x6,2 cm, Collection personnelle.


- MONTEL Aristide (?-?), Portrait d'enfant, vers 1873-1877 (?),
inscriptions au recto (en signature oblique), "A. Montel - Nice",
tirage albuminé de 9,2x5,3 cm, sur carton de 10,5x6,4 cm, Collection personnelle.

- MONTEL Aristide (?-?), Portrait d'enfant, vers 1873-1877 (?),
inscriptions au verso, phylactère sur fond de rinceaux couronnés d'une étoile, "- A. MONTEL - PHOTOGRAPHE - 8 RUE CASSINI - NICE",
carton de 10,5x6,4 cm, Collection personnelle.



- Joseph BLANC (?-?)Ce photographe est signalé dans les annuaires niçois de 1873 à 1875 au 7, rue du Temple. 

Il réapparaît ensuite (annuaires absents de 1876, 1878, 1880, 1881, 1882 et 1883) sous l'appellation, "Blanc & Cie", en 1877 au 24 rue Masséna puis en 1879 au n° 26 .

Un carton photo, datable vers 1876-1878, précise au verso le nom de son associé et rassemble les deux adresses : "Blanc & Bonnet - Photographie & Peinture - Rue du Temple et rue Masséna, 24 - Nice".

Joseph Blanc est cité dans la « Liste générale des principaux photographes » publiée par la Société de Photographie de Toulouse, de 1877 à 1885.



- Honoré BONNET (?-?)Ce photographe est cité dans les annuaires niçois de 1873 à 1875, au 2, rue Paradis, de 1879 à 1884 au 5, rue Croix-de-Marbre, de 1885 à 1886 au 1, rue Saint-Philippe et enfin de 1887 à 1889 au 9, rue du Pont-Neuf.

Un carton-photo portant les armoiries de la Couronne britannique précise : " Photographie - Honoré Bonnet - Rue Paradis, 2, - & Rue Masséna, 13. - au fond du jardin - Nice". 

Il est probable que ce soit lui qui s'associe à Joseph Blanc, dès la seconde moitié des années 1870.

Honoré Bonnet est cité dans la « Liste générale des principaux photographes » publiée par la Société de Photographie de Toulouse, de 1877 à 1885.



- BONNET Honoré (?-?), Portrait d'homme, vers 1873-1878 (?),
inscriptions au recto, "Honoré Bonnet, Phot.",
tirage albuminé de 8,7x5,4 cm, sur carton de 10,5x6,3 cm, Collection personnelle.

- BONNET Honoré (?-?), Portrait d'homme, vers 1873-1878 (?),
inscriptions au verso, "Armoiries de la Couronne britannique - PHOTOGRAPHIE - Honoré Bonnet - Rue Paradis, 2 - & Rue Masséna, 13, - au fond du jardin - NICE",
carton de 10,5x6,3 cm, Collection personnelle.





- Gabriel (?-?), Charles (?-?) et Paul (?-?) DELAHAYE (73)

Gabriel Delahaye est cité dans les annuaires niçois de 1873 à 1875 au 3, rue Chauvain (ou Chauvin) puis en (1876 et) 1877 au 3, rue Adélaïde. 

Il semble travailler en famille avec Charles Delahaye dont les cartons-photos indiquent pour leur part "Rue Adélaïde" ou "3, rue Adélaïde, - Nice - Avenue de la Gare".

Paul Delahaye (venant de Paris ?) officiera pour sa part au 5, rue de la Paix en 1886 (annuaire) et sera cité dans la « Liste générale des principaux photographes » publiée par la Société de Photographie de Toulouse, de 1888 à 1896.


- DELAHAYE Gabriel (?) (?-?), Portrait, début des années 1870 (?),
inscriptions au recto, "DELAHAYE -- à NICE",
tirage albuminé de 9,3x5,4 cm sur carton de 10x6,3 cm, Collection personnelle.

- DELAHAYE Gabriel (?) (?-?), Portrait, début des années 1870 (?),
inscriptions au verso sur une adresse en partie effacée et complétée au tampon humide,
 "PHOTOGRAPHIE - DELAHAYE - Rue Chauvain I - NICE - Portraits Paysages et agrandissements",
 carton de 10x6,3 cm, Collection personnelle.



- Jacques MAZZOCCA (?-?), MAZOCA ou MAZZOCCAL - Ce photographe (venant d'Italie ?) est cité dans les annuaires niçois, rue Chauvain, au n° 5 en 1875 (annuaires absents de 1876 et 1878, photographe absent de l'annuaire de 1877), au n° 6 en 1879 et aux numéros 6 et 8 en 1884.

Le revers d'un carton-photo reprend les deux adresses : "Photographies - en tous genres - Agrandissements -  J. Mazzocca - Portraits - inaltérables - sur Email - 6 & 8 rue Chauvin - Nice".

Il semble qu'il s'associe à Ferrari H. (Henri ou Hercule), photographe à Saint-Raphaël en ce qui concerna la succursale d'été de ce dernier à Gannat (Allier), des cartons-photos portant au revers : "Photographie Instantanée - H. Ferrari & J. Mazzocca - Gannat". 

Jacques Mazzocca semble cèder ensuite son affaire niçoise à H. Ferrari en 1885 ("Successeur de J. Mazzoccal") mais rester son associé pour Gannat jusqu'au début des années 1900.



- A. ROUX (?-?)Ce photographe est uniquement cité dans l'annuaire niçois de 1879, au 6, boulevard Longchamp.



- Ch. (Charles ?) ZACHER (?-?)Ce photographe est uniquement cité dans l'annuaire niçois de 1879, au 15, rue du Temple.







À SUIVRE











lundi 13 novembre 2017

770-GALERIE DES ÉLÈVES-PREMIÈRES : "VARIATIONS SUR UN MÊME THÈME"


- Dessin de Clea GENTIL, élève de 1L1.




Classes de Premières - Novembre 2017 : "VARIATIONS SUR UN MÊME THÈME" 
Collez et continuez le fragment dessiné distribué (photocopie A4) puis intégrez-le dans une création plus personnelle.
Format Raisin (50x65 cm) - Noir et blanc - Techniques libres - 6 heures.


- "Une Mémoire d'éléphant", dessin du site ZePoze, 2004-2007.




- Dessin de Quentin LEPEINTRE, élève de 1S1.


- Dessin de Louanne POVIGNA, élève de 1L1.


- Dessin de Romanne FIASCHI, élève de 1ES3.


- Dessin de Myriam ALLOUI, élève de 1S1.


- Dessin de Gaëtan PEREIRA, élève de 1L1.


- Dessin de Nicole SIFUENTES, élève de 1L1.


- Dessin de Hanna NAIT OUAZIZ, élève de 1ES2.


- Dessin de Myriam GHEZAIEL, élève de 1L1.


- Dessin de Juliana SILVA CAMPOS, élève de 1L1.


- Dessin d'Ornella LACOMBRADE, élève de 1ES2.


- Dessin de Yasine BOUANAN, élève de 1S1.


- Dessin de Manal BENAMAR, élève de 1ES3.


- Dessin de Zakarie HENINE, élève de 1ES1.


- Dessin de Lou PAVEC, élève de 1S3.


- Dessin de Lina BINI, élève de 1ES3.